Nogaro. Une coopérative pas comme les autres

Il est évident que la Coopérative des Hauts de Montrouge n’a pas grand-chose à voir avec les autres coopératives gersoises du même acabit.

En effet, et Patrick Farbos a eu entièrement raison de souligner, le rôle de CUMA que joue cette coopérative située sur les hauteurs de Nogaro.

Le président Farbos est revenu sur son action qui a pris acte en 2009 et qui s’en est suivie d’un partenariat avec les Grands Chais de France pour les vins en vrac, ce qui constituait une première dans la France viticole.

Aussi, cette action qui a revitalisé le chiffre d’affaires a permis de rétribuer normalement les viticulteurs.

Cet engagement n’était pas seulement un vœu pieux comme à l’égal de nombreuses promesses mais était suivi d’effet.

Il suffit pour cela de jeter un œil sur les prix définitifs qui sont passés de 5 100 €/ha en 2011 pour atteindre 6 800 €/ha en 2017 dans la catégorie des sauvignon mais toutes les catégories sont à l’avenant, ce qui apporte la preuve que les dirigeants de la coopérative des Hauts de Montrouge œuvrent pour assurer les revenus de ses adhérents. Mais cela revient à souligner le cri du cœur du président qui a appris à partager avec les autres, résultat de l’enseignement reçu à l’Institut agricole Saint-Christophe de Masseube.

Ce sont 60 viticulteurs coopérateurs qui sur 1 050 hectares de vignes fournissent 105 000 hectolitres récoltés lors de la campagne 2017 et qui se répartissent en 53 000 hl en colombard, 15 000 en ugni blanc, 13 300 en sauvignon, 12 000 en manseng, 6 400 en chardonnay et 5 000 en rouge.

La récolte 2018 a été supérieure puisqu’elle atteint plus de 135 000 hectolitres.

Bien évidemment avec une telle progression de récolte, il fallait qu’en aval les ventes suivent et elles l’ont fait avec une progression constante puisque si les ventes en vrac progressent, celles des vins en bouteilles suivent la même pente ascendante sans oublier le floc de Gascogne et l’armagnac.

Ce qui est intéressant est de voir la progression en export qui suit la même courbe, ce qui ne peut que réjouir Patrick Farbos et le conseil d’administration.

Source

>> Retour à la liste
post
Retour
en haut