Les Hauts de Montrouge

La cave engrange et se développe

Encore une bonne année pour les Hauts de Montrouge avec un chiffre d’affaires de 10,2 millions d’euros.
La cave produit des vins qui sont médaillés, rémunère bien ses viticulteurs et investit pour l’avenir…

 

Le président Patrick Farbos est un homme heureux à plusieurs titres: les vins de la cave de Nogaro se vendent bien et sont récompensés par des médailles et les viticulteurs améliorent leurs revenus. Mais il est également heureux de représenter un conseil d’administration rajeuni et dynamique et surtout de constater que la stratégie qu’il a mise en place depuis 2011 a porté ses fruits. Le partenariat avec Grands Chais de France (acheteur du vin en vrac de la cave) est un succès qui se vérifie et s’amplifie chaque année. Et la vente de produits conditionnés (vin rouge, blanc, rosé, floc, armagnac…) se développe aussi.

 

Coopérative humaniste

Cette année est également symbolique puisque la cave a changé officiellement de nom. C’est désormais acté dans les statuts : la CPR (Cave des Producteurs Réunis) est devenue HDM : Les Hauts
de Montrouge ! Certes l’acronyme CPR restera dans les mémoires, mais désormais il signifie «Coopérer Pour Réussir ». Quant au sigle HDM, Patrick Farbos l’interprète souvent comme «Hier Demain Maintenant». Un langage qui montre l’attachement de la cave à sa forme coopérative humaniste et son souci de se projeter dans l’avenir. C’est d’ailleurs dans cet esprit de coopération que, chaque année, HDM soutient les agriculteurs du Mali en subventionnant l’association Via Sahel. « Il faut aider les agriculteurs à réussir, où qu’ils soient…»

 

Récolter et semer

La récolte ne se compte pas seulement en hectolitres de vin (105 000 hl en 2017) mais aussi en médailles et, cette année encore, elles sont nombreuses (voir tableau ci-contre). «Nous apparaissons également dans le Guide des Vins DVE pour plusieurs de nos produits avec d’excellents commentaires de dégustation» raconte Élodie Jasiak, chargée de la communication de HDM. «Tous ces succès nous ont permis d’investir, en particulier dans de nouvelles cuves : une vingtaine de cuves de 1500 hl et 12 cuves de 2500 hl. Nous avons également fait l’acquisition d’un nouveau pressoir. Au final, ce sont près de 4 millions d’euros qui ont été investis en travaux» ajoute-t-elle.

Tendances…

Le design des produits est important. Beaucoup d’étiquettes ont été redessinées pour correspondre aux tendances des consommateurs. Entre l’armagnac dont elle possède de très beaux millésimes, le floc dont elle est le premier producteur et ses vins qui montent en gamme, la cave des Hauts de Montrouge a le vent en poupe grâce à ses viticulteurs, son personnel et le président qui lui insuffle son dynamisme.

>> Retour à la liste
post
Retour
en haut