L’art De La Distillation En Question

Le Bureau National International de l’Armagnac (BNIA) réunit ce matin à Nogaro une cinquantaine de techniciens. Objectif ? Mieux comprendre et mieux appréhender la distillation.

Le BNIA et sa Commission technique présidée par Patrick Farbos, réunissent ce matin à la cave Les Hauts de Montrouge, à Nogaro, des distillateurs et propriétaires d’alambics pour une matinée studieuse et technique griffée « Armagnac Entretiens ». Cette nouvelle rencontre professionnelle est la nouvelle boite à outils développée par l’Interprofession de l’Armagnac afin d’être plus proche des opérateurs et de répondre à leurs attentes », explique Olivier Goujon, le directeur de l’interprofession. ».

« Cette matinée technique, précise-t-il, est en lien direct avec l’un des trois points essentiels du Plan Stratégique 2016-2019, à savoir : cultiver l’expertise technique et la créativité, et particulièrement le principe de mieux comprendre les savoir-faire tout en poursuivant leur évolution au travers de la recherche et du développement et la maîtrise des techniques traditionnelles ».

Cette rencontre décline le thème « Distillation armagnacaise et modélisation : le génie des procédés peut-il dévoiler les secrets de la distillation armagnacaise ? ». Depuis 10 heures ce matin, une cinquantaine de professionnels assiste tout d’abord à un exposé synthétique des résultats de recherche sur le thème « Simulation du passage de l’alcool et des composés volatils d’arômes au cours de la distillation armagnacaise ». Ce travail est extrait de la thèse réalisée par Cristian Puentes, maitre de conférence, AgroParisTech, encadrée par Martine Esteban-Decloux, professeur Génie des Procédés AgroParisTech et Xavier Julia, professeur à l’ENSIASET.

Cette rencontre est largement consacrée « aux échanges entre distillateurs et scientifiques afin que partages d’expériences et connaissances techniques et scientifiques soient riches d’enseignements », précise Marie-Claude Ségur, responsable technique, qualité et développement durable au BNIA.

En point d’orgue à ces échanges, le BNIA a présenté ses projets de recherche en matière de distillation, et notamment celui de la construction d’un alambic pilote armagnacais. Les objectifs à avec la réalisation de cet alambic sont multiples : développer un programme de maîtrise et d’amélioration de l’alambic armagnacais, mener une étude sur la distillation d’essais de vins en mini-volumes, et surtout mettre à disposition un outil de formation.

Pour Patrick Farbos, président de la commission technique du BNIA, « il est essentiel que nous puissions, en Armagnac, assurer une compréhension technique et scientifique de la distillation et de son alambic afin que, pour les générations futures, la transmission du savoir-faire des distillateurs ne perdent rien de sa magie et gagne en précision technique ».




 

Source

>> Back to list
post
Return
to top